Plan directeur du  lac Doré

C'est quoi ?

En février 2017, à la demande de l'Association des propriétaires du Lac Doré, la municipalité de Val-David  s'engageait  dans le programme de soutien technique des lacs Bleu Laurentides offert par le Conseil régional en environnement (CRE).  À travers ce programme une ressource spécialisée était engagée pour la période estivale 2017 en vue  de mettre en œuvre un plan d’action défini par le CRE,  la municipalité et l’Association en matière de sensibilisation, d’acquisition de connaissances, de caractérisation et de concertation dans une perspective de protection de la santé du lac Doré.

L'ensemble des connaissances servent à dresser un portrait rigoureux de l’environnement du lac permettant d’identifier les grands enjeux ainsi que les actions prioritaires à mettre en place pour protéger la qualité d'eau du lac Doré. Ces informations sont réunies dans un plan directeur qui sera rendu public d'ici la fin de l'année 2017.

Résultats préliminaires

Le 28 septembre dernier, l’Association des propriétaires du Lac Doré (APLD), la Municipalité de Val-David et le Conseil régional en environnement des Laurentides (CRE Laurentides) rencontraient les usagers du Lac Doré  pour leur présenter une version préliminaire du plan directeur du Lac Doré.

 

Près d’une quarantaine de personnes ont répondu à l’appel et sont venues échanger sur les constats, les enjeux et les actions proposées.

 

Les personnes présentes ont salué le travail rigoureux du CRE et remercié les bénévoles de l’APLD qui ont travaillé fort cet été pour accompagner l’organisme dans sa démarche.

 

Vous trouverez ci-dessous la synthèse du diagnostic et des enjeux ainsi que les 9 actions prioritaires présentées lors de la rencontre.

 

Les plus

L’échantillonnage de la qualité de l’eau a permis de classer le lac Doré comme ayant un statut trophique oligotrophe. Ce qui signifie qu’il possède les caractéristiques d’un lac jeune, ne présentant peu ou pas de signes d’eutrophisation (Phénomène de dégradation des milieux aquatiques). Plus précisément, le lac est à peine enrichi en phosphore et la concentration en chlorophylle dans la colonne d’eau est faible. L’eau du lac est très claire et peu colorée.

 

Les caractéristiques naturelles du lac Doré notamment, la faible superficie du territoire drainé par le lac, l’absence de tributaires (le lac n’est pas traversé par un cour d’eau) et de milieux humides dans le bassin versant minimisent les apports en sédiments et éléments nutritifs en provenance du bassin versant.

 

L’eau souterraine qui alimente principalement le lac Doré a l’avantage d’avoir d’abord été filtrée par le sol et charrie donc moins de matière organique et d’éléments nutritifs que celle provenant du ruissellement de l’eau en surface.

 

Les moins

Néanmoins, la forte occupation résidentielle et l’imperméabilisation (asphaltage, construction résidentielle) du territoire dans le bassin versant du lac Doré constituent des menaces qui influencent la prolifération des algues, dont les cyanobactéries, et des plantes aquatiques en favorisant le ruissellement de l’eau vers le lac.

 

Bien que l’état de la bande riveraine se soit considérablement amélioré ces dernières années, un effort reste à faire pour quelques riverains. De plus, étant donné la forte occupation du territoire, il est important de reboiser au-delà de la simple bande de protection riveraine et de favoriser une couverture végétale maximale à l’échelle du bassin versant du lac.

 

De plus, il est primordial de poursuivre les actions en lien avec la gestion des eaux de ruissellement dans le bassin versant du lac notamment par la prise d’actions individuelles sur chaque terrain (réduction des surfaces imperméables, débranchement des gouttières, récupération de l’eau de pluie et infiltration dans le sol, etc.). Ces actions sont complémentaires à l’installation de mesures de mitigation par la municipalité pour l’infiltration des eaux de pluie et de fonte dans le sol.

 

Finalement, compte tenu de la présence du myriophylle à épi dans une quarantaine de lacs de la région, il est essentiel de s’assurer que les 700 usagers riverains et non riverains qui utilisent les 5 accès partagés au lac Doré, soient au courant de la problématique et des bonnes pratiques à adopter afin d’éviter son introduction. Chaque usager, qu’il soit adepte de pêche, planche à voile, plongée, canot ou kayak, par exemple, a un rôle à jouer!

 

 

Les 3 grands enjeux:

 

Enjeu 1. Eutrophisation

1.1.Qualité de l’eau et hydrologie

1.2.Faune et milieux humides (poissons…etc)

1.3.Flore (cyanobactéries, plantes aquatiques et algues)

 

Enjeu 2. Anthropisation du bassin versant

2.1.Déboisement des rives et terrains

2.2.Érosion, eaux de ruissellement et infrastructures déficientes

2.3.Utilisation de fertilisants et de pesticides

 

Enjeu 3. Usages du plan d’eau

3.1.Introduction d’espèces aquatiques envahissantes

3.2.Accès et utilisation du plan d’eau

 

Parmi les 82 actions répertoriées par le CRE Laurentides, 9 actions ont été identifiées comme étant prioritaires. Ce sont ces dernières qui ont été présentées lors de la rencontre, soit :

 

Enjeu 1 :

  • Sensibiliser les citoyens et villégiateurs à l’importance d'adopter de bonnes pratiques pour réduire le phosphore parvenant au lac.

  • En partenariat avec la municipalité, signaler la présence de fleurs d'eau de cyanobactéries au MDDELCC et appliquer le protocole de suivi visuel d'une fleur d'eau d'algues bleu-vert.

 

Enjeu 2 :

  • Appliquer rigoureusement la réglementation municipale sur la protection de la bande riveraine.

  • Inciter tous les citoyens du bassin versant à augmenter la végétation naturelle sur leurs terrains et à maintenir le couvert forestier sur le territoire.

  • Sensibiliser la population à la gestion durable des eaux de pluie et au contrôle de l'érosion par des propositions d’idées, telles que les jardins de pluie, les barils récupérateurs d’eau de pluie, les stationnements écologiques et les aménagements paysagers.

  • Caractériser les foyers d'érosion et de ruissellement dans le bassin versant du lac Doré et identifier les secteurs problématiques.

  • Corriger les cas problématiques d'érosion observés sur le terrain, lorsque possible.

 

Enjeu 3 :

  • Informer et sensibiliser la population (riveraine et non riveraine, propriétaires et locataires, visiteurs) sur la problématique des plantes aquatiques exotiques envahissantes (PAEE) et sur les bonnes pratiques à adopter pour éviter leur introduction et propagation dans les plans d’eau (ex. le nettoyage des embarcations et du matériel ayant été utilisé sur d'autres lacs). Fournir des outils d’information.

  • Se doter d'un code environnemental et de bonnes pratiques d'utilisation du lac.

 

Lors de la rencontre, plusieurs points ont été soulevés par les participants et seront évalués afin de les intégrer dans la version finale du plan directeur, entre autres :

  • La gestion des eaux usées des spas et piscines ;

  • Le contrôle rigoureux de l’étanchéité du réseau d’égout ;

  • L’adoption des dispositions réglementaires favorisant la conservation ou le reboisement d’un certain pourcentage d’espace naturel de son terrain et/ou un pourcentage maximum du ‘frontage’ qu’il est possible de déboiser.

 

La version finale du plan directeur sera mise en ligne dès que disponible.

 

Pour toute question ou commentaire n’hésitez pas à contacter l’APLD, il nous fera plaisir de répondre à vos questions.

 

CONTACT

Courriel

association.lacdore@gmail.com

 

Adresse postale

Association des propriétaires du lac Doré

CP 604 Val-Morin BDP

Val-Morin, QC, J0T 2R0

Conception GECKO Web design

© 2015 par APLD